Retrouvez l’envie de bouger,
en quelques étapes

Vivre un nouveau souffle
Logo BPCO

L’essoufflement

  • L’essoufflement se définit de manière générale comme une difficulté à respirer et se traduit par une respiration courte et gênée.
  • Quoi de plus normal que d’être essoufflé après avoir couru pendant plusieurs km ! On parle alors d’essoufflement physiologique. Lors d’un effort intense ou prolongé, le taux sanguin de gaz carbonique augmente. Notre fréquence respiratoire va alors s’accélérer pour expirer le gaz et ramener ce taux à la normale(3)
  • L’essoufflement est considéré comme anormal lorsqu’il survient au repos ou pendant un effort relativement réduit comme le fait de s’habiller. On parle alors de dyspnée. La dyspnée est l’un des principaux symptômes de la BPCO.

Qu’est-ce que la BPCO ?(4)

bpco-schema

La Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive (BPCO) est une maladie pulmonaire, souvent liée au tabagisme, qui se définit comme une atteinte chronique inflammatoire, lentement progressive des bronches. Cette affection est caractérisée par une diminution non complètement réversible des débits aériens.

La BPCO, longtemps peu symptomatique, débute par une toux et une expectoration matinale, symptômes souvent banalisés et attribués à la « bronchite chronique » du fumeur. S’installe ensuite progressivement une dyspnée (essoufflement) à l’effort puis au repos.

Sur le long terme, la BPCO peut entraîner des difficultés à effectuer les gestes du quotidien, ce qui peut aboutir à une désocialisation. C’est pourquoi il est essentiel de rester actif pour diminuer l’impact de la maladie sur la vie de tous les jours.(5)

spirogrammeChez le médecin l’évaluation de la respiration se fait grâce à un examen appelé «Examen Fonctionnel Respiratoire ou EFR». Cet examen consiste à souffler dans un appareil appelé spiromètre qui permet de mesurer les volumes pulmonaires.(6) A cela s’ajoute le plus souvent une épreuve à l’effort sur un vélo d’appartement ainsi que la mesure des gaz du sang. Toutes ces données sont ensuite traduites sur une courbe qui permet au médecin d’analyser le fonctionnement de vos poumons.

Il existe un désengagement progressif des activités physiques quotidiennes chez les personnes souffrant de BPCO(7)

On comprend aisément que la diminution des activités physiques quotidiennes est directement liée à la pénibilité qu’elles occasionnent. En d’autres termes, lorsqu’un exercice est réalisé au prix d’une dyspnée ou d’une fatigue jugée assez sévère, la majorité des personnes évitent de s’y soumettre. Cette adaptation comportementale conduit à l’abandon progressif des tâches de la vie quotidienne avec en conséquence un accroissement de la pénibilité pour des efforts de moins en moins intenses. Le résultat est le développement progressif d’une intolérance à l’exercice qui est démesurée par rapport à la sévérité de la dyspnée. Ce désengagement progressif dans les activités physiques quotidiennes est accentué par la perte du « désir de faire », dont les origines, communes à tous les personnes concernées, sont la dépréciation de soi et la solitude d’une souffrance non partagée.(7)

Evaluez votre risque de développer une BPCO :(8)

femme-tousse OUI NON
Toussez-vous souvent (tous les jours) ?
Avez-vous souvent une toux grasse ou qui ramène des crachats ?
Êtes-vous plus facilement essoufflé(e) que les personnes de votre âge ?
Avez-vous plus de 40 ans ?
Avez-vous fumé ou fumez-vous (ou avez-vous été exposé(e) de manière prolongée ou répétée à des gaz, poussières, fumées, vapeurs dans le cadre de votre travail) ?

Réponse: Si vous avez répondu OUI à 3 questions ou plus, vous pouvez être atteint de BPCO. Consultez votre médecin pour évaluer votre souffle. La recherche de l’obstruction bronchique est une étape clé du diagnostic BPCO.