Retrouvez l’envie de bouger,
en quelques étapes

Vivre un nouveau souffle
Logo BPCO

Décider, un nouveau souffle pour vivre autrement

Interview de Bernard, chef d’entreprise, actif et sportif découvre à l’âge de 52 ans qu’il souffre d’une broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO). Il a su trouver la motivation nécessaire pour opérer un vrai changement de vie. Il n’a jamais baissé les bras et a su maîtriser sa maladie.

« Je ne connaissais pas le terme BPCO », confie Bernard. « J’ai vite compris suite aux explications des médecins que c’était grave. J’étais anéanti suite au diagnostic. Comme chef d’entreprise, j’étais habitué à vivre à 200 à l’heure et d’un seul coup je me suis senti mettre un genou à terre. Cette situation ne pouvait pas me convenir ».

S’inventer une nouvelle vie

Pour Bernard, il n’était pas question de subir outre mesure sa BPCO. Son leitmotiv, ne jamais baisser les bras. « Après avoir passé ce cap de la connaissance de la maladie, je me suis mis à espérer. Car à 52 ans, j’avais la sensation qu’il y avait encore plein de choses à faire sur cette terre ». C’est peu dire que Bernard a vu sa vie basculer, mais avec sa foi chevillée au corps, il a commencé à franchir un cap.

« Je me suis vite ressaisi. J’ai tout fait pour essayer d’inventer une nouvelle vie. Je l’ai composée à travers les recommandations des médecins, en faisant un maximum d’activités physiques pour lutter contre cette maladie ». « J’ai vendu mon entreprise, ce qui n’a pas été simple sur le plan psychologique et matériel. Je me suis remarié, j’ai eu un petit bébé à 53 ans. Ma petite fille, c’est ma raison d’exister et je ferai tout le nécessaire pour la voir grandir le plus longtemps possible ».

Un nouveau souffle ça se construit

Henri souffre de broncho pneumopathie chronique obstructive, une maladie à l’origine d’une diminution de la capacité respiratoire. A 77 ans, il a décidé de se construire un nouveau souffle en intégrant un centre de réhabilitation respiratoire.

« Il y a quelques années, j’ai fait une pneumonie, puis des bronchites à répétition », affirme Henri. Diagnostic, BPCO. Cet hiver, sa vie bascule. Une chute, trois côtes cassées, ses poumons blessés. Résultat, il est hospitalisé pendant trois mois ! « Je ne pouvais plus marcher comme avant, ni poursuivre mes activités de jardinage », explique-t-il. Henri décide, avec l’aide de son médecin, d’intégrer le centre de réhabilitation respiratoire du CHU d’Angers. Pendant un mois et demi, tous les lundis, Henri se rend au centre. « Avec 7 autres patients, j’ai bénéficié des nombreux conseils de médecins, nutritionnistes, psychologues, coach sportif ».

« Je marche comme avant »

« On nous explique de quoi nous souffrons, comment prendre en charge notre maladie », se confie Henri. C’est ce que les spécialistes appellent l’éducation thérapeutique.

Henri Denis garde un excellent souvenir de ses passages au centre, même si certaines séances physiques ont été difficiles voire éprouvantes. « Nous faisions du vélo, de la marche sur tapis. A la fin nous nous sommes rendus compte que nos capacités respiratoires étaient devenues bien meilleures ».

« Aujourd’hui je peux recommencer à faire des efforts, j’ai repris mon travail dans mon jardin, mes activités à la mairie. J’ai retrouvé une vie normale. J’ai beaucoup plus de vitalité et je me sens moins fatigué ».

Quand le souffle revient

Constamment essoufflée, incapable de monter les escaliers ou de s’occuper de sa petite-fille, Michèle souffre de BPCO. A 67 ans, elle intègre un centre de réhabilitation respiratoire. Six mois plus tard, elle mène une nouvelle vie. Chaque jour, elle mesure ses progrès.

 « Il y a une amélioration qui s’est installée assez rapidement et je fais aujourd’hui des choses que je ne faisais plus du tout depuis pas mal de temps », nous confie Michèle. « Le matin, je peux refaire du vélo d’appartement comme me l’avait conseillé mon pneumologue. Avant au bout de 10 minutes j’étais épuisée. Aujourd’hui je peux en faire plus de 30 minutes »

« L’après-midi, je peux aller marcher une bonne heure de bon pas. Au moins trois fois par semaine, chose que je ne faisais plus. C’est une amélioration énorme par rapport à avant ».

Quant à sa qualité de vie, elle a radicalement changé. « J’ai beaucoup plus de vie familiale. Le soir à partir de 17 heures, il était hors de question de sortir, alors que là nous pouvons nous rendre chez des amis. Cela me permet également d’aller chez un de mes fils et de m’occuper de ma petite-fille, de la porter, de la promener dans son landau. Je peux aller faire des courses. J’ai retrouvé une vie sociale pratiquement normale ».

« Je peux enfin m’occuper de ma petite-fille »

« C’est une sensation extraordinaire avec plein de choses qui reviennent. Je peux monter mon escalier sans être essoufflée. Il y a vraiment une amélioration au moins à 80% 90% ».

L’activité physique pour gagner en autonomie

Michel souffre de broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO). Eternel optimiste, il s’est impliqué de manière très active dans la réhabilitation respiratoire. Objectif, retrouver la motivation pour à nouveau faire des projets de vie.

« Aujourd’hui ma maladie BPCO est stable. J’ai suivi des séances de réhabilitation respiratoire. En présence de coach et d’autres patients, j’ai trouvé la foi pour me battre au quotidien »

« Cela nous permet d’échanger entre patients, de parler »

« La maladie BPCO isole beaucoup, c’est donc très important de pouvoir garder une vie sociale. Et quand vous êtes tout seul, vous ne faites pas grand-chose. Aujourd’hui je continue avec d’autres malades à pratiquer de l’activité physique. Nous faisons du vélo, du tapis de course, avec l’aide une fois par mois d’un coach spécialisé ».

« Je n’ai plus perdu de capacité respiratoire. »

«  Je vis quasi normalement, certes à mon rythme. Mais je m’occupe toute la journée, je jardine, je bricole. Le vrai plus grâce à cette prise en charge, c’est je suis capable de récupérer très vite après un effort physique ».

Source : Interviews de Bernard, Henri, Michèle et Michel réalisées par DS Conseil
** 16 – 0249 05/2016 – Boehringer Ingelheim France SAS **