Retrouvez l’envie de bouger,
en quelques étapes

Vivre un nouveau souffle
Logo BPCO

Comment se motiver à bouger ?(9)(10)(11)(12)

Pour trouver la réponse à cette question, vous pourriez vous prêter à l’exercice qui suit. Prenez une feuille de papier et divisez-la en deux colonnes : dans la première, dressez la liste des bons côtés qu’il y a à être physiquement actif, dans la seconde, énumérez les mauvais côtés. Puis, votre feuille en main, prenez le temps d’évaluer le bien-fondé des mauvais côtés que vous avez relevés puisque ce sont eux qui vous clouent à votre fauteuil. Voici quelques exemples.

« Je n’ai pas le temps »

La recherche révèle qu’il suffit de 30 minutes d’exercices modérés dans une journée pour sortir du clan des sédentaires. Mieux encore : vous pouvez atteindre cet objectif en 2 ou 3 courtes séances d’activité physique d’une durée d’au moins 10 minutes. Et il n’est pas nécessaire de commencer tout de suite 7 jours par semaine. Quelques séances par semaine, c’est déjà un excellent départ.

« Ma condition physique est trop mauvaise »

Voilà plutôt une raison de plus de bouger ! En choisissant, pour vos premiers pas vers la vie active, des activités légères à modérées et une durée d’effort que vous allez augmenter progressivement, le passage de la vie sédentaire à la vie active se fera en douceur même si vous n’êtes pas en forme.

« Ça prend trop de temps pour se mettre en forme »

Rien n’est plus faux ! Les bienfaits de l’exercice se font sentir dès les premières séances. Faites-en l’expérience. Allez faire un petit tour de marche. Au retour, vous serez déjà plus détendu : un effet relaxant instantané ! Après seulement quelques semaines d’activité physique, vous pourrez observer des changements comme moins d’essoufflement à l’effort, moins de courbatures et une meilleure condition physique.

Ne pensez pas « exercice », mais plaisir !

Ce point est très important pour maintenir votre motivation à long terme. Ne dites pas : « Il faut que j’aille faire de l’exercice. » À la place, dites-vous : « Je vais profiter de cet après-midi pour aller marcher et prendre l’air » ou « Je vais me détendre en allant chercher mes petits enfants à l’école». En fait, pratiquer une activité qui vous plaît est capital pour commencer du bon pied, mais surtout, pour persévérer.

campagne

D’ailleurs une étude montre que l’activité physique permet de diminuer l’aggravation des symptômes chez les patients atteints de BPCO.(13)

Etude de B. Washki mettant en évidence l’impact de l’activité physique sur la BPCO

  • Le but de cette étude était de faire une comparaison entre l’activité physique et l’aggravation de l’état des patients atteints de BPCO.
  • Cette étude a été réalisée pendant 48 mois sur 170 patients souffrant de BPCO. Leur activité physique a été mesurée grâce au test de marche de 6 minutes. Les patients ont ensuite subi une échographie cardiaque et un électrocardiogramme ainsi que différents dosages sanguins afin de mesurer les différents facteurs d’aggravation.
  • Les résultats de cette étude montrent donc que l’activité physique est corrélée de manière significative à une baisse de l’aggravation chez les patients atteints de BPCO, et que la pratique d’une activité physique permet de diminuer le risque de mortalité.

La motivation

Sans un minimum de motivation, rien ne se fait. Elle est notre force motrice, celle qui nous invite à passer à l’action et rend efficace ce que nous faisons. En l’absence de motivation, on se sent lourd, sans énergie.

A chacun ses sources de motivation…

Chaque individu a ses propres besoins (hormis nos besoins vitaux). Il appartient à chacun de découvrir ce qui charge ou décharge son énergie. Ainsi nos sources de motivation sont spécifiques. En revanche, ce qui reste valable pour tous, c’est que la motivation est liée au plaisir et à la satisfaction personnelle. Si l’on s’engage dans un projet qui répond à nos besoins nous tirerons du plaisir à le mener à bien.(14)

Comment retrouver de la motivation ?

Il peut être profitable de se poser régulièrement quelques questions de fond. De quoi ai-je aujourd’hui le plus besoin ? A quoi est-ce que j’attache le plus d’importance ? Ma vie, mes activités sont-elles en accord avec mes besoins fondamentaux ? Si tel n’est pas le cas, que puis-je faire pour améliorer les choses ? Il est important d’identifier les bénéfices que l’on peut tirer d’un regain de motivation en y intégrant nos préférences personnelles

Modèle de préparation motivationnelle(15)

  • Ce modèle décisionnel met en avant une acquisition de la motivation selon plusieurs phases de changement.
  • Phase de réflexion ou contemplation: lors de cette phase, on commence à se demander en quoi le fait de changer son comportement sera bénéfique, mais on continue à mettre dans la balance les avantages de sa situation actuelle, cette phase ouvre la voie au changement.(16)

cycle-motivation

HAS : Modèle transthéorique des changements de comportements de Prochaska et DiClemente Service des bonnes pratiques professionnelles / octobre 2013